http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2011-08-17T231608Z_1231370996_GM1E78I0KC501_RTRMADP_3_SOCCER-SPAIN_0.JPG

                                     Fabregas et Messi devraient rester sur le toit de l'Espagne encore longtemps.

 

 

Dimanche soir, le Real Madrid s'impose sur la pelouse du Real Saragosse 6-0 grâce à des buts de Cristiano Ronaldo, Marcelo, Kaka et Xabi Alonso. Ce score de tennis peut paraître étonnant mais pour le Real ce score est une question d'habitude, l'an dernier le club madrilène a étrillé tous ces adversaires sauf un, le FC Barcelone.

Du côté du champion en titre, les matchs aux scores de tennis deviennent presque une habitude contre n'importe qu'elle équipe de son championnat, même le Real en a pris 5 l'an passé (5-0). Alors est-il bon pour la Liga que des équipes censé être proche comme Villareal et Barcelone, soient séparés par un gouffre au niveau financier et au niveau des infrastructures?

 

 

Plus d'argent pour les gros que pour les petits.

Le problème se situe au niveau financier, car comme le prouve la grève de la 1 ère journée, les petits clubs sont criblés de dettes colossales qui ne leur permet pas de recruter et de diminuer l'écart avec les deux cadors. La crise en Espagne n'apporte rien de bon quand on sait que le football équivaut à 2% du PIB espagnol et que certains clubs sont dans des régions durement touchés par le chômage.

La répartition des droits télés est un gros problème car il n'est pas calculer uniquement sur le classement final mais sur ce que rapporte les clubs lors de leur passages à la télévision, forcément les deux clubs qui passent en tête sont le Real Madrid et Barcelone.

Ces manques de fonds empêche les autres clubs d'assurer une sérénité dans leur club et plusieurs clubs pourraient disparaître avec la mise en place du fair-play financier et même des clubs comme Valence qui a une dette abyssale de 500 millions d'euros aura du mal à s'expliquer sur les raisons de cette dette énorme auprès de l'UEFA en 2013.

 

Comme le dit, très justement, le président de Villareal, Fernando Roig "on tue le football espagnol", il est vraie que tant qu'il n'y aura pas d'équité entre toutes les équipes du championnat il ne restera bientôt que deux clubs en Espagne ....

 

 

F-P

Retour à l'accueil