Dans une interview accordée au journal Le Monde, le président de la Fédération Française de Football (FFF), Noël Le Graët continue de mettre la pression sur son sélectionneur Laurent Blanc et refuse toujours de lui prolonger son contrat avant le championnat d'Europe des nations.Selon lui, c'est l'Euro qui décidera de l'avenir du sélectionneur.

 

 

Longtemps, les deux hommes se sont opposés sur la date à laquelle le contrat de Laurent Blanc et son staff serait prolongé. Alors que le sélectionneur voulait qu'il le soit avant l'échéance européenne, le président de la fédération attend de voir les résultats obtenus: "Le staff et les joueurs savent que l'objectif est, au moins, de sortir des poules et d'avoir un comportement positif". Autre sujet de discorde, le staff jugé trop étoffé de l'équipe de France. Là encore, Noël Le Graët souhaite en "rediscuter si Laurent Blanc est reconduit", afin de changer ce qu'il juge être un poids financier trop élevé à l'heure où la fédération cherche à restreindre son coût de fonctionnement.

http://www.rmcsport.fr/images/article/400577.jpg

 

"J'aurais été gêné s'il n'avait eu aucune offre"

Noël Le Graët revient également sur des rumeurs dans la presse faisant état d'un intérêt de plusieurs grands clubs européens (Chelsea, Inter Milan...) en difficulté et qui voudraient se reconstruire sous la tutelle du "président":  "cela montre des qualités. J'aurais été gêné s'il n'y avait eu aucune offre". Il ajoute que "soit il réussit l'Euro et il a une proposition de la FFF, soit il a une proposition formidable d'un club et je m'interdis de le bloquer", avant de conclure le sujet en déclarant que "s'il a un autre destin, je ne peux l'en empêcher".

 

Concernant la possible succession de Laurent Blanc, Le Graët déclare "n'avoir pris contact avec personne d'autre [...] On met toutes les chances de notre coté pour bien se comporter (à l'Euro)".

 

 

Retour à l'accueil