On ne danse pas la Samba, mais on en est pas loin. Après une Coupe du Monde en Afrique du Sud dont le bourdonnement dans les oreilles nous rappellent ces foutus vuvuzelas, accompagné des tristes performances de nos champions Bleus, l'optimisme est de retour chez les fans de football en France. 

 

Alors que la première journée s'est achevée avec Russie - Corée du Sud hier soir, le Monde entier n'attend qu'une seule chose, la suite de la compétition. Entre festival de buts, renouveau français et matchs enjoués, bilan d'une première semaine de Coupe du Monde au Brésil...

 

Les surprises :

Portugals-Pepe-clashes-wi-011-copie-3.jpgLa première grosse surprise est intervenue dès le deuxième jour de la compétition, avec la victoire impressionnante des Pays-Bas sur l'Espagne (5-1). "C'était un match fou", commente le capitaine batave, Robin Van Persie, qui ajoute que son équipe "aurait pu en mettre cinq", avant de rectifier "ah oui, on leur en a mis cinq..." Une déclaration à l'image du match : Perçu comme génial par les fans de l'équipe Oranje, un peu moins pour les supporters de la Roja. L'Espagne pourrait bien être déjà éliminée en cas de défaite face au Chili ce soir, quand les Pays-Bas pourraient se qualifier avant le troisième match, avec un duel face à l'Australie demain.

 

Autre surprise, la victoire du Costa Rica sur l'Uruguay (3-1), et ses stars, ses joueurs confirmés mais aussi ses vedettes sur le déclin. On parle là bien sûr de Cavani, Suarez, Muslera, Godin mais aussi Forlan et Lugano. Dans le groupe "de la mort", l'Uruguay parait bien mal embarqué derrière la toujours solide Italie, alors que le Costa Rica a ses chances contre des Anglais souvent décevants sur les grands rendez-vous....

 

Les satisfactions:

Au rayon des satisfactions, on trouve une qualité de jeu élevée pour ces premiers jours de compétition. Les équipes supposées faibles ne le sont pas forcément, en témoigne le Costa Rica par exemple. La preuve de ce spectacle de qualité est le nombre de buts inscrits, dont la plupart sont des réalisations bien construites. Ainsi, 49 buts ont été inscrits lors des 16 premiers matchs, ce qui donne une belle moyenne de 3,04 buts par match. Prolifique.

 

Autre satisfaction, la Belgique qui n'a pas tremblé pour son retour en phase finale de compétition internationale (Mondial et Euro confondus) après 12 ans d'absence. Fellaini et Mertens ont permis aux Diables Rouges de l'emporter 2 buts à 1 face aux Algériens.

 

Les flops:

Portugals-Pepe-clashes-wi-011-copie-2.jpgComment ne pas citer le Portugal de Cristiano Ronaldo et Pepe, défaits 4 buts à 0 par l’Allemagne de Thomas Müller ? Incapables de maîtriser leurs nerfs à l’image de Pepe, expulsé après un coup de tête sur le même Müller, mais également fébrile dans le jeu, les portugais ont déçu. L’Allemagne et son serial buteur s’avancent plein de confiance vers les huitièmes de finale : "J'ai marqué trois buts, ce qui n'arrive pas tous les jours. Mais c'est vrai qu'en Coupe du Monde, cela ne se passe pas trop mal pour moi jusqu'à présent" témoigne Müller.

 

Les selections africaines n'ont pas brillé pour leur entrée en compétition, puisque seule la Cote d'Ivoire s'est imposée lors de son premier match face au Japon. Le Cameroun, l'Algérie et le Ghana ont perdu, alors que le Nigéria a fait nul. Le premier champion du Monde Africain, ce ne sera sûrement pas encore pour cette fois-ci...

  

Le favori :

Le Brésil entame « son » mondial sur la pointe des pieds, étouffé par la pression populaire et par les exploits de Guillermo Ochoa lors du deuxième match. Sauvés par un arbitrage défaillant face à la Croatie, la Seleçäo a ensuite buté sur un Mexique généreux. Le dernier match face au Cameroun ne devrait pas leur poser de problème, mais…

Les brésiliens se rassureront en se disant que la finale n’est que le 12 juillet, le plus important pour le moment étant de passer le premier tour. Ce qu’ils sont en passe de réaliser.

 

La France :

l-attaquant-francais-karim-benzema-double-buteur-contre-le

L’équipe de France poursuit sur sa lancée des matchs amicaux après une victoire convaincante face au modeste Honduras. Un grand Benzema, bien épaulé par une attaque et un milieu de terrain solide ont suffi à terrasser les honduriens. La suite s’annonce plus compliquée, face aux accrocheurs suisses, et aux vifs équatoriens, mais rien d’insurmontable pour ces bleus là. La seule incertitude réside dans la défense, qui n’a pas encore pu être testée entre des matchs 

 

de préparation faciles, et un match de compétition face aux sud-américains qui n’ont que très peu inquiété Lloris.

Retour à l'accueil